Économie et politique: entre vision du changement et alternative aux traditions

Face à l’immuabilité et à l’inertie des systèmes politiques, le secteur économique par son dynamisme et son influence prends le contrôle de l’essor des pays et de la vie des citoyens offrant une alternative au gouvernement du pays jusque là idéologique. Les entrepreneurs sont à présent les acteurs du développement et des décisions qui changent le paysage humain. La démocratie a fini par se faire imposer comme modèle prophylactique et comme panacée en lieu et place des modèles locaux et traditionnels adaptés mais peu vendeurs. Et Bien que la lignée clanique soit implicitement acceptée, le jeu de l’opposition politique, dans le cadre d’une adaptation du modèle de la Cité, serait plus de maintenir le dirigeant sur le qui vive que de prendre effectivement le pouvoir. Le pouvoir dans les terres traditionnelles reliées aux peuples croyant est attribué à l’élu légitime ou non selon le mérite karmique du Peuple par l’effet des lois cosmiques et de la Volonté divine. Une alternance des cycles de pouvoir naturelle. Une vision à laquelle d’autres cultures profanes ne communie pas. Il n’est plus question de juger de clivage droite – gauche, le débat est à présent économique. L’efficacité des équipes aux pouvoirs se juge aux fruits produits et non à la famille de l’arbre. La question est de taille : quels outils utiliser pour se prémunir des crises et de leur impact sur les sociétés?

L’élite émergente et les satellites convergents constituent la force active de l’Éco Animisme. Le Peuple quant à lui est à la fois le terroir des changements économiques tant dans les semailles d’initiatives incitatives et la gestion du potentiel informel que dans la récolte des produits de richesse issus des efforts de tous les acteurs.

Le pouvoir politique habitué à la complaisance face aux créanciers du développement est montré du doigt car il dénote avec le désir d’affirmation des nouveaux leaders. Il est inconcevable de toujours voir les dirigeants des pays plier l’échine pour recevoir de l’aide de ceux qui se taillent déjà la part du lion dans l’exploitation des ressources naturelle sans en partager le revenu. Cela renforce le sentiment de traitrise aux yeux des leaders d’entreprises qui se veulent indépendants et libre d’avoir accès à la considération des pairs de la Cité. Pourtant les responsables à la tête de l’état sont souvent les plus à blâmer quand ils sont pris d’une part dans l’impuissance à décider sur l’échiquier mondial et à apporter des solutions courageuses aux problèmes d’émergence. Et d’autre part à faire changer l’attitude des peuples pour obtenir d’eux la contribution à une vision de développement qui n’existe pas ou qui vient des mêmes pays dont on réclame la souveraineté économique. Face à cette double limitation, et en l’absence de tout engagement idéologique de la personne au péril le plus souvent de la vie, la seule alternative est l’enrichissement personnel et la corruption-vol clanique.

La solution créer des groupes de pression altruistes avec l’élite et les satellites les plus en vue et prenant en charge l’influence positive des décisions pour le bien du Peuple et l’obtention de changements décisifs. Le poids de ce groupe de pression serait mesurable à sa capacité de financement de l’état et de la vie publique en lieu et place des anciens bailleurs de fonds. Une auto-aide au développement faite du patrimoine économique des fils et fille du continent ayant produit suffisamment de richesse et conscient des nouveaux défis.

Un autre épineux problème est la dette des pays; karma dur à laver. Elle a servi à financer des erreurs de gestion et de vision dans les premiers jours d’une émancipation falsifiée, frauduleuse et illusoire. Les maîtres d’antan n’ayant fait que desserrer l’étau et alléger le joug sur le moment. L’ignorance de la liberté a conduit à privilégier la jouissance au travail pour établir des bases saines pour le futur. L’attitude traditionnelle de ces peuples à se référer à leur passé a sans doute dû jouer des tours. En effet, le passé proche était fait d’une longue période de souffrance et le futur d’inconnu. La joie du présent que constituait l’émancipation était aussi les murs de prison d’une dette et d’un nouvel avilissement dans l’asservissement économique. La trace du passé glorieux de la civilisation qui aurait pu donner l’impulsion du retour vers la prospérité passée ayant été soigneusement effacé de l’histoire et enlevée d’une mémoire collective au support intangible. Une simple falsification culturelle et souvent cultuelle par déplacement de repères ethniques qui laisse à présent place à la menace hégémonique d’un peuple “frère” venu s’abreuver à l’éternelle source.

Hormis l’imposante corruption généralisée qui mine l’exercice des fonctions économiques, la liberté de commercer et de produire des richesses n’est pas garantie. La main mise arbitraire de l’état sur les revenus des initiatives les plus prolifiques en richesse produite décourage les plus besogneux.

La loi et la justice des pays ne doivent plus être un accessoire d’apparat démocratique mais être un réel support et recours digne de ce nom. L’objectif n’est plus seulement d’attirer des investissements étrangers mais de favoriser la croissance des produits intérieurs bruts et produits nationaux bruts. L’amélioration des autres indices en découlerait naturellement si l’orientation de réforme, de changement puis conciliation continue reste cohérente et adaptée aux réalités vécues par le Peuple.

L’écart de crédibilité entre dirigeant d’entreprise et dirigeant de pays est aussi appelé à disparaître. L’image du Peuple en marche se doit d’être harmonisée et refléter l’état de combativité et de résilience global dans l’effort d’affirmation commun.

Il est temps de changer et de penser à la fois aux générations du futur et au réel passé glorieux pour rebâtir l’estime et l’identité de ceux qui ont le défi de reconstruire dans le présent. L’effort persévérant est à consentir et l’accompagnement constant de Dieu à appesantir. Une nouvelle ère commence et l’intention lean dans le plaisir, la confiance et la richesse selon les principes de l’équilibre Éco Animiste  offre la guidée pour cette traversée du désert vers la terre promise d’une félicité retrouvée.

 

« La forme de gouvernement s’adapte au Cœur du Peuple à guider à travers les défis de l’environnement de sa destinée »

Extrait modifié de “Au nom de l’a-guère, le jour du réveil”  à paraitre

Share This
Open chat
Hello. Welcome on Ethnic Entrepreneurs Ethniques How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Ethnic Entrepreneurs Ethniques. Comment pourrions nous vous aider?