Les 4 E ou le mix de l’entrepreneuriat ethnique

L’entrepreneuriat ethnique est un phénomène lié à l’immigration et à la vie dans les grandes cités et métropoles des pays industrialisés. Il nait de différentes barrières d’intégration de la main d’œuvre qualifiée issue des communautés culturelles venues renforcer le bassin économique dont les individus sont en vieillissement ou en effectif insuffisant pour combler les besoins en production et les exigence de croissance.

Il a été beaucoup question, jusqu’ici dans notre blog, de sensibiliser les communautés et de préparer ceux qui sont les premiers acteurs de cette nouvelle dynamique qui met en jeu une diaspora de la connaissance face à un défi entrepreneurial. Aujourd’hui nous souhaitons structurer la démarche de l’entrepreneuriat ethnique sur le modèle du mix marketing enseigné, avec quelques variations, dans la plupart des écoles de gestion.

Pour bon nombre d’activité économique voire financière, la prise de risque est l’élément déterminant et discriminant qui intervient dans le rayonnement des réussites des entreprises. Pour beaucoup la précaution essentielle passe par une diversification d’un portefeuille d’actifs ou d’activités. Cette diversification s’oppose à une logique de spécialisation et de position dominante sur une niche de marché. Chacun étant libre d’adapter son positionnement aux réalités de son marché. En ce qui nous concerne, l’objectif principal est à la fois de réduire l’effet des barrières à l’intégration et de maximiser la création de patrimoine par l’optimisation du profil de l’entrepreneur ethnique. Ainsi, ce mix d’entrepreneuriat ethnique passe par 4 E : Emploi, E-Commerce, Entreprise et Expertise (ou personal branding).

L’Emploi.

L’un des principaux écueils à l’essor d’une économie informelle stable est la situation d’urgence financière que rencontrent les entrepreneurs ethniques. Rappelons-le les barrières à l’emploi dans le domaine d’expertise puis la difficulté d’accès aux ressources financières pour financer le lancement d’une activité grèvent la démarche d’intégration. Il faut alors parer au plus urgent tout en gardant l’esprit clair sur son objectif de carrière voire même d’intégration. On choisit alors de travailler par transfert de ses compétences ou aptitudes aux tâches requises. Le but ultime de l’élément emploi est ici de générer un revenu à réinvestir dans son activité économique une fois les charges domestiques honorées. Qu’on ne se méprenne pas non plus. Il n’est pas question de ranger son ambition par confort ou résignation. C’est une source de revenu qui doit servir de tremplin pour son entreprise ethnique.

E-Commerce.

Face aux potentialités du Web 2.0, l’E-Commerce est un moyen utile pour diversifier son portefeuille d’activité. Il permet de démultiplier les occasions de ventes pendant le temps de travail ou de présence en entreprise. Il demande cependant une logistique minimum pour l’acheminement des produits et la gestion de la relation avec la clientèle. La possibilité de gérer des ventes depuis un appareil mobile améliore le rendement du traitement des commandes ou la possibilité de faire de la promotion dans les communautés virtuelles et autres sites à grand trafic. Le fait d’avoir une option de vente de produit rend son portefeuille d’activité plus tangible et moins risqué si la gestion des stocks s’opère dans les règles de l’art. Quelques exemples d’e-commerce : vente de produits personnalisés, virtuels ou en forte demande. Sachez choisir ceux pour lesquels vous ajoutez de la valeur. N’hésitez donc pas à ouvrir une vitrine sur ce boulevard achalandé qu’est le Web 2.0 et surtout ne négligez pas votre promotion.

Entreprise

C’est le cœur de votre engagement en tant qu’entrepreneur ethnique. Elle est celle qui vous permet de viser un développement régulier soit, afin de retrouver l’entrepreneuriat classique une fois l’activité « auto-sustentée », soit de justifier un retour à une situation d’emploi avec l’expérience d’année de travail autonome. Ce dernier cas est souvent avéré pour les entreprises de services. Quoi qu’il en soit votre entreprise doit avoir un lien avec votre domaine de compétence ou ce pourquoi vous créez facilement de la valeur. Il se peut  aussi, nous l’avons vu, que le recours à l’entrepreneuriat ethnique soit une conséquence de l’offre financière et que le désir soit réellement de se lancer dans l’entrepreneuriat classique. L’entreprise ethnique prend alors une dimension temporelle. Dernier point, le service à la communauté. Votre produit ou service peut se révéler nécessaire à la vie des membres d’une communauté. Votre choix de reconversion doit, idéalement, en tenir compte afin que le patrimoine communautaire ne puisse pas, être lésé

Expertise

Soyez le fer de lance de votre domaine et n’hésitez pas être actif dans votre milieu professionnel ou communautaire. Le personal branding est de nos jours aussi essentiel pour un entrepreneur qu’une carte d’affaires. Alors faites parler de vous et contribuez à animer la vie de votre communauté. C’est un investissement qui paye lors de la reconversion vers l’entrepreneuriat classique ou le retour à la vie professionnelle. Même pour ceux qui demeurent dans l’économie de communauté, le bouche à oreille sur votre travail et sa qualité sont source d’opportunités et d’élargissement de la clientèle.

On le voit donc ce que nous définissons comme le mix de l’entrepreneuriat ethnique est un réel défi qui implique une bonne gestion du temps et des ressources financières. En effet quel pourcentage de son temps accorder à l’Emploi en lieu et place d’une présence physique dans son entreprise? Quel budget allouer aux dépenses de la famille et aux expéditions du E-Commerce et aux charges d’entreprises? Quelle place accorder à la participation des conjoints?

Sortir de l’insuffisance de revenu par l’entrepreneuriat ethnique nécessite des efforts que les 4 E viennent structurer quelque peu. Notre réflexion se poursuit cependant. Une chose semble certaines il ne pourrait y avoir de statu quo durable à la perte de compétences importées et aux besoins insatisfaits des communautés en cours d’intégration. Les modèles économiques classiques ne peuvent trouver solution à toutes les réalités de cette ère et l’alternative à la répartition problématique des revenus détenus par une minorité est sans doute la création de richesse par les couches populaires.