Favorisons plutôt la performance économique et l’adaptation sociale

Le gouvernement fédéral canadien revendique l’orientation féministe de son action dans le développement international qui concerne généralement les pays du Sud. Il suit ainsi les nations unies sans grande personnalisation ni caractère. Image que donne d’ailleurs le Canada en ce moment hélas. De plus, le mode d’intervention privilégie, principalement, le renforcement de capacités des destinataires de l’aide. Ce qui, après analyse, revient à un incitatif pour les prestations ou l’assistance de tiers intermédiaires (coopérants, experts, conseillers techniques, consultants etc.) qui sont payés sur le dos des bénéficiaires ciblés. Assistance technique avec le biais fréquent du « I do it for you » au lieu du « I do it with you ».  Les retombées concernant ces bénéficiaires étant le capital de connaissances et de compétences transférées essentiellement à l’humain où pour l’amélioration de la reddition des comptes envers le bailleur (considéré trop souvent comme gage d’imputabilité). Or dans certaines cultures, le capital humain n’est pas toujours stable dans une organisation. Question de loyauté ou de perspectives de carrière. Ainsi, dans le cas des communautés culturelles en état de Diaspora dans les pays de l’Ouest, on peut se demander si le renforcement de capacités de structuration organisationnelle (et non un accompagnement stratégique) a vraiment encore sa pertinence auprès des Acteurs économiques (entreprises) et Leaders communautaires (organismes)? Accompagnement stratégique avec souhait ardent du « We do it to last » au lieu du « We do it for now ».

L’évaluation de l’action en matière développement international a récemment permis de mettre l’accent sur l’importance de l’investissement du secteur privé (accès au capital contre Transparence et Résilience) pour son impact dans la pérennité des projets après financement institutionnel. Du coup, il semble plus judicieux de mettre la priorité sur la performance économique (par des Activités Génératrice de Revenus) et l’adaptation sociale (pour la Représentation des Enjeux Ethniques*) au lieu du simple renforcement de capacités en matière d’autonomisation économique (economic empowerment) qui plus est si cela sert à légitimer l’éternel fonctionnement par levées de fonds. Une des raisons à cela est que, dites de façon imagée, est que la rutilance du véhicule compte souvent moins que sa capacité à livrer efficacement (viabilité) et longtemps (durabilité) les produits et services dont les populations ont besoin. C’est cela qui fonde les missions des organismes et non le format que prendra leur intervention qui est une question de conformité administrative. Chercher à améliorer la gouvernance des organismes des communautés noires n’est pas à appliquer une règle de formalisation qui améliorera les perceptions fiscales que ce soit au Sud ou à l’Ouest (après le versement de fonds non tangibles issus de la digitalisation de l’économie**)?

Enfin, l’économie sociale n’est pas une sinécure en matière de développement économique ou d’Écosystème intégré surtout dans des pays où il y a déjà un filet social existant. Ça prend plutôt les traits d’un effet de mode ou d’une fierté à être « leader » avec un certain modèle socioéconomique effectif et exclusif des autres (la « social economy » nominale inclut les entreprises à but lucratif poursuivant un objectif social). Ce modèle est certes alternatif au néolibéralisme pur mais qui montre ces limites sur le plan de l’efficience. On va loin (Stable) sans y aller vite (Réactivité) quand les environnements sont changeants comme dans le cas des nouveaux cycles économiques que nous vivons.

*Un groupe ethnique n’est pas un groupe tribal encore moins racial, dans mon approche, mais un groupe se définissant autour d’une même référence culturelle voire cultuelle.

**Par de simples écritures comptables appelant des conversions en patrimoines et passifs.

Tagged under:

Leave a Reply

Open chat
Hello. Welcome on Ethnic Entrepreneurs Ethniques How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Ethnic Entrepreneurs Ethniques. Comment pourrions nous vous aider?