Crédit ou flexibilité?

Lors du démarrage d’un projet d’affaires, bon nombre d’entrepreneurs ont un besoin en liquidités qu’ils essayent le plus souvent de combler par des solutions de crédit. La question qu’on peut se poser est : A-t-on plus besoin de crédit pour démarrer des activités que de flexibilité le temps que les revenus soient réguliers, ce, à un niveau confortable?

Les deux approches ne mènent pas aux mêmes comportements. Dans une phase de démarrage où l’idée d’affaires a su rencontré l’intérêt, le plus dur pour l’entrepreneur qui n’a pas la mise de départ est de se financer pour, à la fois acquérir l’actif immobilier de base à son idée, et aussi un fond de roulement pour les premiers mois. Lorsque le premier cycle de financement n’a pas fait intervenir le cercle des proches de l’entrepreneur par la levée de fonds, ou tout autre source de bourse avec ou sans remboursement, le crédit sollicité sous la forme de prêt auprès des institutions peut être plus vu comme un outils de flexibilité que comme un apport dans le capital devant faire l’objet d’un levier financier par la suite ou d’un retour sur investissement (après la phase de commercialisation).

Disons le clairement une idée aussi simple soit-elle qui ne garantit pas du crédit par sa valeur potentielle ou avérée par une évaluation dans l’étude de marché trouve difficilement du financement. Sans trop jouer sur les mots, l’entrepreneur doit garantir du crédit à son idée par la viabilité potentielle qu’elle comporte, le besoin en investissement de départ dans le projet ou le positionnement voulu sur le marché. Le crédit prend alors le sens de crédibilité. La demande de flexibilité par le prêt permet de lancer les opérations d’une idée d’entreprise qui a su faire la preuve de son crédit (crédibilité). Il est toujours regrettable de pénaliser l’idée à cause du patrimoine du porteur du projet comme c’est souvent le cas notamment avec les notes de crédit qui ne tiennent pas compte des parcours souvent épiques qui portent l’acteur économique à l’innovation en matière d’affaires. Les notions de garantie et de prise de risque en matière d’investissement font peser le poids de l’aléa sur l’individu qui sera redevable d’être lancé sur le marché et de faire du profit et offre l’usufruit du gain potentiel sur les intérêts à l’institution qui pourra alors maximiser le rendement de son investissement. Mais ceci reste une vision caricaturale du principe du risque financier qui fait intervenir beaucoup plus de facteurs pour son évaluation. Le monde reste un lieu d’échange et de partage où il faut définir une vision; nous avons choisi de nous mobiliser et de porter l’entrepreneur de l’économie informelle et responsable.

« Le peu de crédit qu’affiche un projet d’entreprise est un frein à l’obtention des prêts sensé lui donner la flexibilité désirée »

Extrait de « Outils et astuces de l’entrepreneurs accompli »

Share This
Open chat
Hello. Welcome on Ethnic Entrepreneurs Ethniques How could we help you?
Salut. Bienvenue sur Ethnic Entrepreneurs Ethniques. Comment pourrions nous vous aider?