Il y a un toujours un Peuple dans une ère victime de l’oppression du moment (économique et identitaire dans le contemporain) et qui s’unit à un Serviteur de Dieu pour gagner son Salut. Ce Peuple désigné notre ici et maintenant est celui des Femmes et des jeunes issus des migrations économiques inter et intra états tout particulièrement à l’Uniforme et au Sang Noir. Les raisons de cette élection ne sont pas dû à de l’agenda mondain de castration du pouvoir de la famille spirituelle des dieux qui officie pour le Seigneur Vie. Cette castration non évoquée passe par un féminisme qui a perdu la légitimité originelle de ses revendications pour devenir irrespectueux des lois cosmiques voir agressif dans ce qui n’est plus une réaction mais une action d’hégémonie non bénie. Lorsque la Servante engendre la Maîtresse. Cela dit la souveraineté économique et identitaire des Femmes et des jeunes du Peuple élu de l’ère vise quant à lui à obtenir plus d’autonomie quant à leur vie financière/monétaire (patrimoine) et affective/sentimentale (fierté/Amitié) à travers le droit à la pleine propriété et le plein usufruit d’une entreprise individuelle et indépendante du trousseau familial et la redéfinition de l’union matrimoniale classique pour procréation vers un partenariat de Vie Simple pour l’accomplissement spirituel dans la Soumission à Dieu (Primauté de Sa Décision/Décret) et la Liberté individuelle (libre arbitre du moi quant au destin) sans compromis sur les lois divines par familles spirituelles (notamment sur l’orientation et les rapports sexuels car chaque familles à sa Tradition et sa Mystique) mais une Miséricorde de Correction d’Attitudes et de leurs Résultats ultimes. Cela tient du cadre des deux prescriptions du Share Wiser. En ce qui concerne la gente masculine, son rôle reste d’assumer la responsabilité de la Vie du foyer, des familles, des groupes et des communautés ethnoculturelles par un sacerdoce éclairé Simple, en Vicaire Serviteur (Accompagnateur par l’Argent) et non Leader Communautaire (Image de l’Administrateur), respectant toutes les sensibilités dont celles des Femmes et des jeunes suscités dans leurs aspirations à la qualité de Vie et la Réalité de l’être. La décadence vient du refus (et donc rébellion en diable) à reconnaitre aux Femmes et aux jeunes de ce Peuple caractérisé par le partage de la foi (« La Foi est notre Force et notre Moteur ») en un Dieu unique, révélé à travers de multiple Seigneurie, mais dans une révélation et adaptation liée à la nouvelle évolution de la race humaine dans cette ère. Cette foi demeure à jamais, la Modération, voie du milieu, qui s’exercera dorénavant dans l’Économie et l’Écologie selon le plan de Dieu. En Lui notre confiance…

#39

Beaucoup de Peuples du Sud, notamment de l’Afrique Subsaharienne, ont dans leurs us et coutumes, la mise au service personnel de l’hôte en guise de reconnaissance pour l’accueil fait ou du service rendu lorsque les conditions de la demande de séjour ont été faite après une épreuve ou se font dans des difficultés particulières. Cela est favorable à des abus comme l’exploitation, la manipulation voire l’esclavage. Que ce soit les captifs de case, les filles au pairs (vi do me gon) les cousins ou neveux plus défavorisés pris dans l’exode rural, les hôtes de passage voyageurs ou dans la gêne ou encore les bonnes et les esclaves (restavek), l’état d’esprit dans lequel se trouve ceux qui se mettent au service (Demandeurs) et ceux qui reçoivent le service (Donneurs) tend très vite à la relation d’abus de pouvoir, d’oppression et de domination entre un Maître et un Serviteur, là où à l’image de ce rapport Naturel pris en exemple de celui qui nous lie à Dieu nous appelle plutôt à celui de la Crainte : Amour et Vérité au nom de la Vie rendue sacrée par Dieu. Ainsi, par exemple, l’Islam bénis les rapports d’Amitié noués au nom de Dieu. Dans le contemporain cette propension à l’humilité voire l’humiliation des Demandeurs constitués par les migrants pour raisons économiques et des Donneurs représentés par les Cités des pays industrialisés recrée le tableau de ce rapport potentiellement abusif. Du coup, les migrants de ces régions se satisfont un peu trop vite de la faveur qui leur est faite d’intégrer la société d’accueil, au point de se satisfaire des miettes sans savoir que ces Donneurs ont aussi un réel besoin en main d’œuvre qualifiée (pro créative ou tout simplement procréative) pour combler un vide démocratique et démographique voire technocratique. Il est alors important que ces migrants se ressaisissent par leur souveraineté économique et leur fierté ethnique pour prendre la place réelle qui leur revient dans ces sociétés appelées à être interculturelles (externes internées (pour enrichissement); différences acceptées par l’Accueillant) et non intraculturelles (interne externée (pour assimilation ou accommodement); différences renoncées par le Migrant). Mettez-vous à l’aise…

#38

Tels sont les limites de la discrimination positive : une femme peut être préférée à un homme (même à compétences inégales en faveur de l’homme) dans les pays du sud à qui appliquent l’équité de genre qu’ils ont appris sur nécessité d’obtenir des financements. Les natifs archétypiques majoritaires voire dominants locaux sont souvent préférés à des minorités ethniques ou migrants économiques (même à compétences inégales en faveur du migrant) dans les Cités des pays industrialisés qui disent appliquer l’équité en matière d’emploi qu’ils ont sur nécessité d’afficher un semblant de justice sociale. D’un côté « l’engament » est entretenu de l’autre « les engagements » ne sont pas tenus. L’épée de Damoclès est toujours sur les mêmes et on s’en met rarement une sur soi-même même pour faire plaisir à l’éthique, l’équités et dans le cadre des droits, des devoirs et du plaisir des populations marginalisées. On ne choisit pas ses prédateurs on les combat jusqu’à rétablir l’équilibre socioéconomique dans son milieu et pour l’avenir des générations du Futur. La Justice n’est pas juste vice rémanié mais service pour toute l’humanité.

#37

Les deux tiers des habitants de la Terre sont sans doute déjà morts non pas physiquement comme on pourrait l’imaginer sans prendre en compte le caractère allégorique et symbolique de l’eschatologie issue de la Tradition musulmane. Cette mort est une réalité socioéconomique faite de l’endettement dans la pauvreté, la précarité et l’insuffisance de revenus toutes masquées ou non par des semblants de dignité, d’orgueil voire de noblesse. Cette mort prend également en compte le stress issu de la célérité dans le rythme de Vie qui ne respecte plus le Naturel et qui menace la Fierté ethnique. En somme deux tiers de l’humanité avec l’archétype d’Homo Economicus, Homme économique, sont mort dus à leurs habitudes de consommation (Outrance Monétaire; Argent; pressé) et d’ostentation (Oppression Maléfique; Image; stressé)de comme par le passé et dans tous les processus d’évolutions le nouvel archétype d’Homo Animus, Homme Attitude, est appelé à s’adapter grâce à sa résilience basée paradoxalement sur son hypersensibilité émotionnelle favorable au nouvel environnement demandant l’équilibre entre et Sentiment et Énergie soit l’Information et la Monnaie : Empathie et Qualité (EQ; Emotional Quotient) dans les Activités Génératrices de Revenus guidées par la philosophie informelle de l’Esprit de Correction. Autodestruction vs reconstruction de la Force vitale (Ka; Humeur; sang). Dieu n’est jamais en retard…

#36

Lorsque qu’un entrepreneur n’honore plus la qualité de sa relation client encore plus du livrable de son projet, les membres de la communauté sont en droit de la boycotter en arrêtant temporairement ou définitivement d’acheter chez lui. Cela offre l’avantage de régulariser le partage des débouchés et de l’ouvrage vers ceux qui maintiennent l’effort au niveau de ces paramètres auxquels les clients sont sensibles. Ce mécanisme est naturel et basé sur le Sentiment du consommateur converti en information sur l’expérience et qui peut alimenter le marché et donc avoir un impact sur le second flux qu’est la monnaie (revenus) convertie en Énergie de Vie de l’acteur économique.

#32

Gonzo

Le concept de Gonzo a été développé par Hunter S. Thompson et appliqué au journalisme notamment avec la caractéristique de l’écriture à la première personne et la subjectivité. Cela voudrait dire aussi en

Read more

La suspicion pour fraude est le nouveau moyen trouvé par des opérateurs de transfert d’argent bien en vue, pesant cette valeur au gramme près, pour limiter la circulation de fonds entre Diasporas et les Sources de l’immigration économique contemporaine. Bien qu’il n’y ait pas de fumée sans feu et que ces zones hébergent effectivement des individus se livrant à des pratiques douteuses pour juguler, hélas malhonnêtement, les effets de la pauvreté rampante. Il ne faut pas pour autant jeter, semble-t-il, l’anathème sur des pays ou des régions économiques entières par mépris ou peur de méprises. D’autant plus que ces pays, juges, quelque peu puritains soient eux-mêmes les premiers à ne pas respecter les règles du jeu économique mais avec des gants blancs et des voiles à la différence de leurs homologues, sages et publicains, plus directs et moins discrets dans l’appât du gain par le « sert vices à las clients tels » : prédateurs, rêveurs, investisseurs, chanteurs etc. Quoi qu’il en soit, mettre sur une liste noire ne fait qu’amputer et asphyxier une mode une Tradition de solidarité qui s’est adaptée aux moyens technologiques et à l’éloignement et qui appelle de ces vœux une évolution des services bancaires courants pour une simplification des procédures régulières (un virement par courriel international ?!!). Cela serait un moyen plus licite de favoriser la bancarisation de ces zones monétaires en comparaison prosélytisme missionnaire et quelques peu vénal du micro-crédit. Enfin, cela laisse une grande interrogation sur la réelle portée et le statut de porteuse des cryptomonnaies dans le rôle de modulation du Message de partage entre communautés ethniques et Nations qui se diffuse dans cette ère.

#26

Le modèle de structure et de fonctionnement des organisations non gouvernementales ou à but non lucratif n’est plus adapté à la réalité économique et financière contemporaine. Il a instauré une culture de la mendicité et de la dépendance vis-à-vis de bailleurs de fonds pas toujours aligné avec leurs aspirations mais qui souhaitent plutôt exercer une influence géopolitique ou commerciale à travers elles. Elles ont tendance à « vendre leur âme » pour leur survie, leur image voire leurs plaidoyers. Il serait souhaitable qu’on fasse la promotion d’un modèle hybride alliant une structure juridique à but lucratif associé à une vision, une mission, une stratégie et des actions s’intégrant dans une cause à dimension humaine équivalente à la responsabilité sociale et environnementale (affichée mais souvent défrichée) des entreprises de l’économie dite libérale. Ainsi, l’entrepreneuriat collectif ou « associatif » (par adhésion à un leadership existant) doit viser la performance économique et l’innovation sur la base d’expertises, de services et/ou de produits viables et durables identifiés ou définis à partir de forces et d’opportunités consistantes pour faire aboutir leur ou leurs causes.

#25

L’économie informelle, bien que recueillant un nombre de plus en plus important d’individus, jeunes et femmes, vulnérabilisés et privés d’intégration sociale par manque d’accès à des sources de revenus décente et récurrentes, semble peiner à fournir à ses acteurs des perspectives vers la constitution de Patrimoine et de Fierté. Elle sert plus, jusqu’ici, de manne de substitution au filet social, désigné en pourvoyeur de services de base gratuits et de revenus minimum de vie, qui va de pair avec institutionnalisation de la solidarité dans les pays valorisant la nation. Dans les pays du sud, préservant la diversité ethnique, cette solidarité s’est toujours pratiquée par l’action de redistribution des membres les plus riches ou par la mise en commun du fruit du travail des communautés comme dans le cas du modèle économique mouride au Sénégal. Toujours est-il qu’il serait important et utile de rendre l’économie informelle performante vu son envergure et sa popularité pour réduire considérablement l’empreinte de la pauvreté dans les pays du sud. La première étape de cette mutation est de passer des réflexes de subsistance et d’urgence liés à l’environnement financier critique vers des visions et des efforts d’autonomisation viable et durable. Pour ce faire, le commerce, la production et la transformation de biens et les services ambulants ou de proximité, nécessitent à la fois l’investissement de la diaspora sous forme de création de débouchés en actif (capitalisation) et en effectif (délocalisation) mais aussi l’exercice collectif (regroupement) et formatif (accompagnement) du métier d’entrepreneur par les acteurs locaux. C’est un préalable impératif voire impérieux pour que les entrepreneuriats ethniques et informels gagnent en réalisme et acquièrent les lettres de noblesse qu’ils méritent, dans le contemporain, du fait de la définition d’un modèle légitime de réappropriation de soi respectant tant l’identité que de la souveraineté de chaque communauté économique.

#22

L’immigration pour raison économique amène de nombreux sacrifices mais aussi appelle à faire les bons choix pour éviter l’enlisement de sa vie et de son être. Le plus souvent le rêve de carrière dans son domaine de compétence est très vite enterré à l’arrivée dans les Cités d’accueil du fait des urgences financières. On se contente d’un emploi alimentaire, précaire, temporaire ou encore sécuritaire en attendant mieux. Même lorsqu’une amélioration de condition intervient on rentre très vite dans les rouages du Système où tout ce que l’on gagne est dépensé dans une pléthore de frais de services et de produits sensés nous procurer un confort que l’on estime mériter mais qui conduise souvent à l’endettement voire au surendettement. On devient alors esclave de ce Système dit libéral. L’approche de l’Éco animisme est d’exhorter d’une part à de l’ascétisme dans la richesse c’est-à-dire à consentir à réduire au strict nécessaire la consommation de biens et services mondain pour disposer d’un pouvoir d’investissement dans la communauté. D’autre part, elle exhorte à honorer le projet de vie que nous portons et ne pas le troquer pour un rôle socioéconomique imposé par agenda caché d’aliénation. De plus, elle oriente son utilité vers l’action solidaire envers les populations des terres mères à travers des initiatives sources d’emploi au titre d’un pont stratégique de débouchées vs main d’œuvre. En somme, pour la diaspora, la proposition est d’exercer un emploi quelconque et de développer une expertise à travers une entreprise individuelle et de transférer progressivement son temps vers ce projet de vie à mesure qu’on gagne en expérience quitte à s’en servir pour revenir à la carrière qu’on a toujours voulu exercer. Ainsi, par exemple, une personne cantonnée au rôle d’adjointe administrative peut développer un travail autonome en parallèle de conseil en marketing digital conformément à ses aspirations et réaliser in fine son intégration socioéconomique souhaitée initialement et qui lui été rendu difficile pour le maintien des privilèges, des pré-carrés et du niveau dans l’échelle sociale des membres de la communauté majoritaire hôte.

#20