Cinquième ligne

Une œuvre extraite d’une, eu, l’Odyssée et ill yayad. Sans le neex, vendu 9.99$ pour les mûrs. Ceux et Celles qui sanctionnent les nerds les moins content de Share Vous aurez besoin de

Read more

Invitation au jeu de l’ECO World

La hargne du combat sans haine Le combat pour l’édification de The Black Kingdom, le Royaume Noir est mené par chaque e-dieu, Roi dans son royaume (entreprise) pour le grand Royaume (la communauté

Read more

Rea d’évolution

Les révolutions durables et viables prennent du Temps et la Main de DIEU. Ce n’est pas le cas des révoltes printanière. Les évolutions de l’Histoire interviennent de façon cyclique pour l’Humanité. Celui qui

Read more

Il y a sans doute un important potentiel à développer des échanges commerciaux dans le cadre d’un marché communautaire entre les pays africains et leurs Diasporas. En ce sens que cela offrirait d’une part des débouchés aux nombreux entrepreneurs ethniques dans les Cités des pays industrialisés et, d’autre part, mettrait à disposition des pays Source une expertise technique par des professionnels au fait des réalités sociales et économiques locales et qui n’ont à cœur que le développement de leurs régions sans agendas mesquins ni requins. Le troisième pôle de ce marché communautaire viendrait de sympathisants de l’essor économique de l’Afrique et au-delà du Monde Noir qui serait prêts à financer et investir dans ces projets de l’Économie de communauté sans faux mécénat ni internat mais en mettant les acteurs et leaders devant leurs Responsabilités de gestion, les Résultats concrets, la Reddition de compte et le Remboursement à moyen long terme d’un financement par Capital d’Action qui, sans être une dette, prendrai la forme de baux à l’entreprise socioéconomique. Vouloir se développer sans Vision c’est faire perdurer et s’enliser dans les mécanismes de l’aliénation, nouvelle oppression économique après la mondialisation, la dévaluation, la démocratisation, la colonisation, l’anthropo-commercialisation…

#48

Les deux tiers des habitants de la Terre sont sans doute déjà morts non pas physiquement comme on pourrait l’imaginer sans prendre en compte le caractère allégorique et symbolique de l’eschatologie issue de la Tradition musulmane. Cette mort est une réalité socioéconomique faite de l’endettement dans la pauvreté, la précarité et l’insuffisance de revenus toutes masquées ou non par des semblants de dignité, d’orgueil voire de noblesse. Cette mort prend également en compte le stress issu de la célérité dans le rythme de Vie qui ne respecte plus le Naturel et qui menace la Fierté ethnique. En somme deux tiers de l’humanité avec l’archétype d’Homo Economicus, Homme économique, sont mort dus à leurs habitudes de consommation (Outrance Monétaire; Argent; pressé) et d’ostentation (Oppression Maléfique; Image; stressé)de comme par le passé et dans tous les processus d’évolutions le nouvel archétype d’Homo Animus, Homme Attitude, est appelé à s’adapter grâce à sa résilience basée paradoxalement sur son hypersensibilité émotionnelle favorable au nouvel environnement demandant l’équilibre entre et Sentiment et Énergie soit l’Information et la Monnaie : Empathie et Qualité (EQ; Emotional Quotient) dans les Activités Génératrices de Revenus guidées par la philosophie informelle de l’Esprit de Correction. Autodestruction vs reconstruction de la Force vitale (Ka; Humeur; sang). Dieu n’est jamais en retard…

#36

Gonzo

Le concept de Gonzo a été développé par Hunter S. Thompson et appliqué au journalisme notamment avec la caractéristique de l’écriture à la première personne et la subjectivité. Cela voudrait dire aussi en

Read more

Les Anges abaissés.

Il y a sans doute un risque majeur à fonder des espaces économiques élargis sous forme de zones de libres échanges assortis ou non, à terme, d’une monnaie commune, lorsque la stabilité financière

Read more

Le Québec est caractérisé par une économie du salariat. Le budget du gouvernement vise prioritairement à garantir à un nombre maximum de personne une source de revenu minimum permettant d’honorer les échéances de finances surendettées et accéder à un certain confort de vie pour payer le prix de la tempérance sociale. Ce qui est valable pour les personnes est valable pour l’état provincial vis à vis d’Ottawa. Du coup on a recours à la planche à billet que représente le secteur de la construction pour justifier une manne économique fédérale. A ce rythme, l’entretien au lieu du développement de nouvelles infrastructures appauvrit à long terme la province et la maintient dépendante de son environnement économique immédiat. Il est important de faire preuve de Réalisme et accepter d’introduire une part de responsabilité de production d’un complément libre de performance économique nécessaire à l’équilibre financier.

Les pays d’Afrique francophone sont caractérisés par des économies de l’assistanat. Les budgets des gouvernements visent prioritairement à garantir à un nombre minimum de personnes des sources de revenu maximum permettant de détenir les créances de connaissances surévaluées et procéder à un certain renfort des êtres pour faire payer le prix de l’ignorance académique. Ce qui est valable pour les pays est valable pour les zones monétaires vis à vis de la France. Du coup on a recours à la planche à billet que représente les projets de développement pour justifier des cailles de coopérants internationaux. A ce rythme, l’application au lieu de la recherche de nouvelles solutions avili à long terme le continent et le maintient peu confiant en sa capacité d’action populaire. Il est important de faire preuve de Réalisme et accepter de concourir de par ses efforts stratégiques d’acquisition de fondements satisfaisants d’alternatives économiques nécessaires à la réhabilitation culturelle.

#18

Le sens du combat d’Hommes qui s’est engagé une fois de plus contre le Système impérialiste entretenu par une minorité décadente n’est plus tant ethnique voire racial. Il vise la souveraineté économique des peuples avilis culturellement et ayant des ressources exploitées par des tiers extérieurs sans retombées bénéfiques locales. Que ce soit au Québec ou dans les zones monétaires de l’Afrique francophone, un réveil des Consciences semble important pour corriger l’Attitude de complaisance qui anime les résidents de ces deux espaces vis-à-vis des exactions et de la manipulation exercés à leur encontre depuis leur expérience respective “d’un temps de comptoirs”. Les liens commerciaux et les flux migratoires entre ces pairs partageant le même idéal de liberté appelle à de meilleurs échanges interculturels pour favoriser à la fois l’intégration économique par l’emploi décent et l’essor économique par la compétence réelle pour servir de levier à la possession avantageuse de ressources naturelles. Cela peut sembler paradoxal à prescrire mais la jeunesse de la Diaspora et de Kama, en tant que Peuple élu de l’a-guère, doit libérer (par le Lean) son intention en vue de produire (par Agilité) toute action pour mériter le pouvoir économique ouvrant à la suffisance de revenu et l’exercice du rôle socioéconomique traditionnel. L’effort stratégique doit être porté sur le jumelage de diasporas avec des couches populaires pour créer une force alternative et concourante d’investissement et sur l’ouverture à une philosophie du Réalisme issue de la mise à profit de la propension à la religiosité, des identités ethniques, appliqué à l’économie dans le but de viser, respectivement, la sécurité financière (solidarité communautaire) et la confiance en Dieu. Renaitre économiquement implique l’engagement à la Fréquentation pour permettre la circulation des flux monétaires (Énergie) et d’information (Sentiment). Dieu, est de nouveau avec nous et la recherche de sources de fierté et la transmission de patrimoine doit se faire en lieu et place du désir de confrontation (et non un esprit d’affirmation) et de restauration du passé (et non de réappropriation du Futur). C’est à ce prix que le Peuple de l’a-guère, fédéré, viendra à bout de la grande angoisse de notre ère: le stress (peur liée à l’inconnu de la Vie après l’affranchissement mental et commercial*).

* respectivement poison de l’âme et du corps

La résolution du Conseil des Sages

Les années se suivent et ne se ressemblent pas et pour ceux qui, comme moi, aspirent à une vie de tranquillité comme la surface d’un lac, il semble essentiel de se retirer à l’intérieur de son être pour ressentir le plaisir simple et double d’aimer et d’accomplir sa destinée. A travers les différents projets que je mène avec l’aide précieuse de certains, je me permets de vous souhaiter un excellent temps des fêtes entouré de ceux et de ce qui fait du sens pour vous. Je vous laisse avec cette tradition du Bénin qui apparait chaque fin d’année et qui fait la joie des petits comme des grands. Puissions-nous continuer à œuvrer pour le continent en 2018…

Arnaud Segla

Bonnes fêtes – Happy Holidays

« Le stress et l’angoisse ressentis par les Hommes de cette ère vient du fait qu’ils ne font pas ce qu’ils aimeraient faire dans leur vie autrement dit qu’ils ne vivent pas leur Vie. Ceci est dû à la contrainte exercée par le mode d’économie dans lequel on vit (principalement économie de marché) qui impose à tous d’être productif selon un carcan limité d’activités standard pour mériter de vivre. Elle ne tient pas compte des aspirations des Hommes à s’épanouir et à s’accomplir spirituellement et matériellement en respectant leur identité et leur créativité. L’Homme Attitude se doit de convertir les exigences oppressantes de performance et d’innovation (bien que faisant partie du code des affaires consacré) par le recours effectif à la Qualité (du gain* en satisfaction) et l’adaptation (au contemporain selon l’évolution) pour promouvoir son projet d’affaires. On se doit de recentrer l’Homme au cœur de l’économie et de ne plus idolâtrer de vains indicateurs de croissance. La renaissance de l’Afrique doit plus s’inscrire, après relecture et remise en perspective, dans une optique durable et pertinente de cohérence économico-humaine au lieu de celle du sacro-saint développement économique. Autrement dit cela appelle un alignement continu des besoins économiques (Monétisation) avec la réalité humaine (Acceptation) du moment. »

*Agrément dans l’usage de l’utilité.

#16

« Ça prend de l’effort pour corriger une Attitude conditionnée. L’Afrique n’est pas tant soumis à une question de sous-développement qu’à un déficit de Réalisme tant dans les stratégies que dans l’effort pour construire des économies souveraines manifestes. Cela prend à la fois une réconciliation avec les fondements identitaires qu’une observance d’une Attitude simple adaptée aux défis contemporains c’est à dire par l’adoption d’une Conscience nouvelle d’Acceptation empreinte de Courage, Confiance, Calme et de Croyance. Il est en effet impératif de forcer le pas de la déconstruction des héritages mafieux et pernicieux du passé né des mauvaises fortunes dans les interactions civilisationnelles après la perte du leadership antique sur la Terre. La réappropriation du Futur économique de l’Afrique se fait sous l’égide de Dieu, par grâce de réhabilitation, mais pas dans des supplications sans passage à l’action. Un lâcher prise total s’impose toutefois dans les attentes et l’atteinte des fruits de l’Arbre de Vie des communautés ethniques du continent car la contribution de chaque génération d’Hommes est importante aux yeux de Dieu. Il n’est plus dès lors indiqué de parler de développement ou non mais de souveraineté socioéconomique retrouvée ou non par l’exercice du droit à l’auto-détermination culturelle et non l’oppression par l’entropie de mondialisation qui cantonne à un rôle de consommateurs spoliés simultanés. »

#15

Moins de flash plus de cash

Moins de flash plus de cash Notre ère est marquée par le développement de l’entrepreneuriat notamment sa démocratisation due à l’outil Internet et les nombreuses barrières à emploi. Beaucoup se lancent corps et âmes

Read more

Emmanuel! Dieu est avec nous.

Emmanuel! Dieu est avec nous. L’Afrique, il est vrai, vit une situation de traînée (drag) qui cadre mal avec son potentiel (richesse) et surtout le contexte favorable à son renouveau économique (la libre

Read more

It seems that the struggle of numeric currencies such as bitcoin is similar to the legalization of “Marijuana”. The consensus is hard to establish. However, the therapeutic potential of such currencies need to be considered if they are associated with a minimum of usage protocols. Thus, Bankers and diggers can come to a middle way within accountability for credits for the ones and tangible assets for the others. Cashless but Crashless. We don’t need to wait for the next major financial crisis to understand that the secular paradigms should leave the door open for a different human archetype and its e-lifestyle…

Bitcoin

L’Attitude habituelle de déni, au Québec, par accommodement du manque de loyauté et de l’inefficacité en matière de gestion (réticence au progrès) constitue une menace de récession autant qu’en Afrique francophone où le découragement des initiatives d’indépendance et de l’espoir des jeunes (essences de progrès) fait planer un risque de dévaluation. Malgré tout, de tels électrochocs offriraient une ultime chance à ces économies « sous tutelle » d’élaborer une réelle approche identifiée et moins timorée du marché favorisant des processus d’innovation et de performance durables. Cela demande d’ores et déjà honnêteté et confiance en soi.

Risque

La “nation” érablière à l’instar des républiques bananières fait le surprenant choix de réinvestir son surplus budgétaire dans le service publique (source de sécurité financière subventionnée) et l’entretien du secteur traditionnel de la construction (utilité exploitée en matière première), pourvoyeurs d’ouvrage mais friand en ressources, en négligeant d’investir dans d’autres plus porteurs comme l’intégration économique ethnique malgré l’installation inéluctable des signes avant-coureurs de récession. Les infrastructures et les réformes administratives parlent mieux pour un bilan électoral que l’inclusion et l’équité sociale issues de longs processus de valorisation de la richesse interculturelle. A l’entrepreneur revient alors la responsabilité de s’affranchir d’un système qui ne lui garantit pas des conditions pour un accomplissement en affaires convenable et durable.

Inclusion

Il semble paradoxal de s’obstiner à vouloir appliquer les modèles économiques des pays dits industrialisés lorsque ceux-ci ne permettent pas la résolution à un niveau satisfaisant de la question du chômage et de la croissance pendant que l’économie informelle assure un revenu de subsistance à des populations sans filet social et brille par son potentiel de production notamment par le recours aux AGR et aux TPE. Ça prendrait de l’audace aux africains pour enfin choisir et suivre leur propre pensée économique.

Audace