#38

Beaucoup de Peuples du Sud, notamment de l’Afrique Subsaharienne, ont dans leurs us et coutumes, la mise au service personnel de l’hôte en guise de reconnaissance pour l’accueil fait ou du service rendu lorsque les conditions de la demande de séjour ont été faite après une épreuve ou se font dans des difficultés particulières. Cela est favorable à des abus comme l’exploitation, la manipulation voire l’esclavage. Que ce soit les captifs de case, les filles au pairs (vi do me gon) les cousins ou neveux plus défavorisés pris dans l’exode rural, les hôtes de passage voyageurs ou dans la gêne ou encore les bonnes et les esclaves (restavek), l’état d’esprit dans lequel se trouve ceux qui se mettent au service (Demandeurs) et ceux qui reçoivent le service (Donneurs) tend très vite à la relation d’abus de pouvoir, d’oppression et de domination entre un Maître et un Serviteur, là où à l’image de ce rapport Naturel pris en exemple de celui qui nous lie à Dieu nous appelle plutôt à celui de la Crainte : Amour et Vérité au nom de la Vie rendue sacrée par Dieu. Ainsi, par exemple, l’Islam bénis les rapports d’Amitié noués au nom de Dieu. Dans le contemporain cette propension à l’humilité voire l’humiliation des Demandeurs constitués par les migrants pour raisons économiques et des Donneurs représentés par les Cités des pays industrialisés recrée le tableau de ce rapport potentiellement abusif. Du coup, les migrants de ces régions se satisfont un peu trop vite de la faveur qui leur est faite d’intégrer la société d’accueil, au point de se satisfaire des miettes sans savoir que ces Donneurs ont aussi un réel besoin en main d’œuvre qualifiée (pro créative ou tout simplement procréative) pour combler un vide démocratique et démographique voire technocratique. Il est alors important que ces migrants se ressaisissent par leur souveraineté économique et leur fierté ethnique pour prendre la place réelle qui leur revient dans ces sociétés appelées à être interculturelles (externes internées (pour enrichissement); différences acceptées par l’Accueillant) et non intraculturelles (interne externée (pour assimilation ou accommodement); différences renoncées par le Migrant). Mettez-vous à l’aise…

Leave a Reply

Your email address will not be published.