« Ça prend de l’effort pour corriger une Attitude conditionnée. L’Afrique n’est pas tant soumis à une question de sous-développement qu’à un déficit de Réalisme tant dans les stratégies que dans l’effort pour construire des économies souveraines manifestes. Cela prend à la fois une réconciliation avec les fondements identitaires qu’une observance d’une Attitude simple adaptée aux défis contemporains c’est à dire par l’adoption d’une Conscience nouvelle d’Acceptation empreinte de Courage, Confiance, Calme et de Croyance. Il est en effet impératif de forcer le pas de la déconstruction des héritages mafieux et pernicieux du passé né des mauvaises fortunes dans les interactions civilisationnelles après la perte du leadership antique sur la Terre. La réappropriation du Futur économique de l’Afrique se fait sous l’égide de Dieu, par grâce de réhabilitation, mais pas dans des supplications sans passage à l’action. Un lâcher prise total s’impose toutefois dans les attentes et l’atteinte des fruits de l’Arbre de Vie des communautés ethniques du continent car la contribution de chaque génération d’Hommes est importante aux yeux de Dieu. Il n’est plus dès lors indiqué de parler de développement ou non mais de souveraineté socioéconomique retrouvée ou non par l’exercice du droit à l’auto-détermination culturelle et non l’oppression par l’entropie de mondialisation qui cantonne à un rôle de consommateurs spoliés simultanés. »